Alex Pachulski Un site utilisant WordPress
Retour à la page d'accueil

Les tabous de la génération Y !

women working on computer and laughing

Bonjour, je m’appelle Yann Kahloun et suis Consultant technique chez Talentsoft. J’ai récemment eu l’occasion de discuter avec une personne travaillant dans un domaine particulier et peu connu (de moi en tout cas) : l’encadrement et l’accompagnement des décisionnaires. Pour dépeindre rapidement ce métier, on pourrait dire qu’il s’agit d’un genre de psychologue de la vie professionnelle. Comme pour les professionnels de la psychanalyse, ces coachs doivent être suivi par un de leur pairs. Pendant ces séminaires, il leur est demandé d’expliquer et de mettre à plat les relations qu’ils entretiennent avec leurs clients.

Au fil de ces rencontres, mon interlocuteur s’est aperçu que les soucis, risques et autres besoins, dont lui fait part sa clientèle, varient en fonction de l’âge. Alors oui, l’âge joue sur le degré de responsabilité hiérarchique du « patient », mais ce n’est pas là où nous souhaitons en venir. Notre « professionnel de la santé » a identifié deux catégories aisément calquées sur les générations X et Y.

Respectueux de la déontologie, il choisit de rencontrer la personne qu’il a choisie pour son suivi. C’est ainsi qu’il se vit convier à un énième atelier dont le sujet était « Les tabous innés« . De quoi s’agit-il ? Les tabous innés seraient des barrières à ne pas franchir que l’on nous fixe très tôt. Nous sommes intimement persuadés du bienfondé de ces tabous mais éprouvons quelques difficultés à expliquer pourquoi.

Nous sommes bien d’accord, les deux générations présentent des différences :

  • Moyens de communication privilégies
  • Méthode d’approche et de résolution d’un problème
  • Sujets d’inquiétudes
  • Sens du respect
  • Mobilité professionnelle
  • ….

Changement de mœurs, certes, mais de quoi découlent-ils ? J’aime beaucoup l’idée de s’interroger sur les différences de tabous entre générations. Je peux affirmer par exemple que mes parents se seraient pendus plutôt que de parler de leur rémunération annuelle à toute personne n’appartenant pas à notre famille nucléaire. Personnellement (et je le constate chez d’autres spécimens), je n’ai aucun problème à m’en ouvrir et estime même sain de parler d’argent avec les personnes proches de moi sur les plans professionnels et/ou privés (non je n’irai pas jusqu’à l’écrire dans les commentaires…).

Mieux encore que le constat, la recherche de l’origine ! Pourquoi ce changement de cap ? J’aurais tendance à parier sur une influence étatsunienne. A moins que le besoin de mobilité de la nouvelle génération ne soit à l’origine de cette nouvelle « liberté d’expression » ?

Et vous ? Avez-vous perçu la disparition de certains tabous et l’apparence de nouveaux ? Que vous soyez d’une génération ou de l’autre, c’est avec plaisir que je lirai vos commentaires. Après tout, on est encore ensemble pour un moment :).

Les dernières publications